20 avril 2021 – Communiqué de presse du Gouvernement du Québec

Qualité de l’air dans les écoles
Résultats et correctifs apportés en lien avec l’exercice de mesure des taux de CO2

Mise à jour 22 mars 2021- Mesures de CO2

Comme vous le savez, nous avons récemment procédé à des mesures de dioxyde de carbone (CO2) dans l’ensemble de ses établissements afin de s’assurer de la qualité de l’air. Les résultats des mesures de CO2, lesquels ont également été transmis au ministère de l’Éducation, peuvent être consultés sur le site web de chacune de nos écoles (Blogue – Rapports) ou vous pouvez cliquez ici pour voir le document complet.

Il est primordial pour nous d’assurer la qualité de l’air dans nos établissements. La santé et la sécurité des élèves et du personnel sont notre priorité absolue, surtout en cette période exceptionnelle.

Ainsi, les tests ont été effectués selon les directives ministérielles, afin de mesurer adéquatement le taux de dioxyde de carbone dans nos locaux, lequel donne une bonne idée de la qualité de l’air.

Procédure d’analyse

Pour chacune des classes identifiées, le taux de CO₂ a été mesurés à trois reprises durant une période de cours notamment avant et au milieu du cours. La troisième mesure a été prise après l’ouverture de fenêtres ou de la porte durant une période de 20 minutes. Bien que le ministère de l’Éducation juge acceptables des concentrations de CO2 inférieures à 1500 ppm, les commissions scolaires sont invitées à prendre des mesures afin de viser la cible de 1000 ppm, soit le seuil de confort établi par Santé Canada. Des actions doivent être prises rapidement, lorsque les concentrations dépassent 1000 ppm et dans un délai d’une semaine, lorsqu’elles atteignent 2000 ppm.

Les classes identifiées ont été choisies afin de représenter le portrait global de l’école en fonction de la configuration des classes (orientation par rapport au vent et au soleil, l’étage sur lequel elle se trouve, nombre de fenêtres, type de ventilation, etc.) ainsi qu’en fonction des occupants de la classe (niveau scolaire, nombre d’occupants, etc.).

Actions prises localement

Afin d’assurer une qualité de l’air optimale dans les classes, tous ont été invités à appliquer les mesures prescrites.

Dans le cas des établissements disposant d’une ventilation mécanique, les ressources matérielles se sont assurées de son bon fonctionnement et de son efficacité. Dans le cas des établissements avec une ventilation naturelle, l’ouverture des fenêtres et des portes est appliquée afin d’assurer le renouvellement de l’air.

De plus, chaque école possède un équipé d’un appareil portable de mesure instantanée de CO2. Ces équipements permettent, à l’équipe école, de faire un suivi et de permettre une validation des actions mise en place, le cas échéant.

L’ensemble des mesures sanitaires mises en place pour freiner la propagation de la COVID-19 contribue également à assurer la santé et la sécurité de tous.


Le 13 janvier 2021, nous avons reçu de nouvelles directives du ministère de l’Éducation demandant à toutes les commissions scolaires et à tous les centres de services scolaires de poursuivre l’échantillonnage des niveaux de CO2 dans toutes leurs écoles et leurs centres.

Pour chaque bâtiment, des mesures seront prises selon la procédure établie en décembre, dans quatre à dix classes. Les classes seront choisies pour qu’elles soient représentatives de l’ensemble de l’école (différentes orientations par rapport au vent, différents niveaux scolaires, différents étages, différentes dates de construction, etc.). Ainsi les actions correctives, le cas échéant, pourront s’appliquer aux classes similaires. Dans une même école, si c’est possible, des mesures seront prises en avant-midi et en après-midi.

Des mesures d’humidité relative et de température seront également prises avec les taux de CO2.

Les paramètres précédents seront mesurés, que le local soit ventilé mécaniquement ou naturellement.

Si au terme de l’exercice, le taux de CO2 mesuré dans une classe ventilée naturellement excède la valeur de 1 000 ppm, l’enseignant et la direction responsables du bâtiment seront avisés d’ouvrir les fenêtres plus régulièrement.

Dans une classe ventilée mécaniquement, si le taux de CO2 mesuré dépasse 1000 ppm, une inspection du système de ventilation doit être faite et des correctifs apportés pour améliorer la situation, par exemple en augmentant le débit d’air frais.

Une fois les actions correctives mises en place, des mesures de C02 seront reprises afin de s’assurer de leurs efficacités.


Dans le but de documenter la possibilité de transmission de la COVID-19 par les aérosols, le Ministère de l’Éducation du Québec (MEQ) nous demande de procéder à un échantillonnage de l’air afin d’établir un portrait de la concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans nos salles de classe.

Plus précisément, on nous demande d’effectuer des mesures du niveau de dioxyde de carbone (CO2), selon un échantillonnage représentatif des bâtiments pour nous assurer que la concentration de CO2 dans l’air des salles de classe est conforme aux normes applicables. Le niveau de CO2 est un bon indicateur de l’apport d’air frais dans une pièce. Un apport élevé d’air frais indique une circulation d’air et une dispersion d’aérosol.                 

Dans le but d’assurer la qualité et l’uniformité des tests qui seront effectués, une procédure a été établie par le MEQ et sera suivie par toutes les commissions scolaires et tous les centres de service scolaires du Québec.

Les écoles sont sélectionnées en fonction de paramètres définis afin que des écoles primaires, secondaires et des centres soient échantillonnés et que les écoles possédant une ventilation naturelle et mécanique soient également échantillonnées. Toutes les écoles ne seront pas visitées, mais l’échantillonnage reflétera la majorité des situations propres à l’ensemble de la commission scolaire.

Dans chaque école désignée, au moins 4 salles de classe seront testées à 3 moments différents, à savoir avant l’arrivée des élèves, après 20 minutes d’activités pédagogiques et après l’ouverture des fenêtres, en vue d’obtenir un portrait complet.

Si un écart du niveau de CO2 par rapport aux normes applicables est identifié, des mesures correctives seront mises en œuvre pour l’ensemble de la commission scolaire dans l’intention de traiter toutes les situations de circonstances similaires.